Les derniers articles qui parlent de programmation

On va à la pêche…

Pokémon est un jeu formidable. En plus de fuguer de chez ses parents à tout juste 10 ans et demie pour capturer des animaux sauvages et organiser des sortes de combats de chien, on y fait des tas de choses : on y fait du vélo, on cultive des plantes et on pêche. Soyez donc sans craintes, car c'est bien de pêche virtuelle dans ce jeu dont il s'agit. Je ne vous invite en aucun cas à rompre le confinement pour aller vous asseoir au bord d'une rivière et aucun poisson réel n'a été blessé ni même contrarié dans ses velléité de rester peinard au frais et au fond de l'eau dans la préparation de cet article.

Les gens qui ont créé pokémons aiement les farces et les histoires morales et c'est la raison pour laquelle existe Magicarpe. Magicarpe est un gros poisson sans capacité d'attaque aucune, ce qui le rend extrêmement dur à faire évoluer. Tout dresseur·se raisonnable l'abandonnerait au bout de quelques niveaux en voyant qu'il n'a toujours appris aucune compétence utile et bim ! Sans prévenir, niveau 20, le voilà qui se transforme subitement en un dragon, monstre de rage et de destruction. Comme quoi faut se méfier des faux-calmes.

Ça, c'était dans la toute première génération de Pokémon. Au cas où ça ne suffirait pas, dans la troisième génération on en remet une couche avec un deuxième couple de pokémon «relou-inutile» / «méga-balèze & en plus trop beau» : j'ai nommé Barpau et Milobellus. Mais, histoire de corser un peu les choses, il est en plus super dur de trouver un Barpau. Il ne vit que dans une seule rivière, où il a une chance assez faible d'apparaître (taux de rencontre de 15% — quand un pokémon est rencontré, le jeu tire au sort de quelle espèce il va s'agir parmi les quelques espèces présentes dans une zone donnée, il n'y a que 15% de chances que ce soit un Barpau), **sur 6 cases seulement** dans toute la rivière (qui fait quand même au bas mot 400 cases). On ne vous dit pas lesquelles, ça va sans dire.

Vite fait bien fait

## Un peu de contexte

C'était lundi. Nous étions en train de finir d'extraire une liste de noms propres pour améliorer l'[annotation](/articles/Le%20tronçonneur%20des%20Lilas.html) de l'[Encyclopédie](https://fr.wikisource.org/wiki/Encyclop%C3%A9die,_ou_Dictionnaire_raisonn%C3%A9_des_sciences,_des_arts_et_des_m%C3%A9tiers) (celle qui n'a pas besoin d'autre titre, celle qui a fixé les règles modernes du genre, celle de Diderot & d'Alembert).

Notre annotateur n'est pas mauvais, il a été développé spécialement pour traiter du français ancien et supporte à merveille les «étoit» et autres «enfans». Par contre, il est super mauvais sur les noms propres. Il comprend qu'il s'agit de noms, mais il n'ose pas affirmer qu'ils sont propres, même en voyant leur majuscule initiale. Ce n'est pas un signe de rebellion, probablement n'y en avait-il pas assez dans le corpus annoté manuellement qui a permis de l'entraîner; toujours est-il que pour lui «Pline», «Garonne» et «Théophrone» sont des noms communs. «Sozomène» ? Un nom commun aussi.

Ma job

En lisant mon flux d'abonnements sur la Fédiverse, j'ai un peu l'impression qu'il y a beaucoup beaucoup de gens dans l'informatique en général, et le plus souvent en développement ou en administration système & réseau. Bon, nous avons pas mal de libraires et de gens autour des métiers du livre aussi, ça c'est chouette, mais quand même plein d'informaticien·ne. Je n'échappe pas à la règle mais en commençant à aborder mon travail [ici](https://bidule.menf.in/notice/127471) ou [là](https://bidule.menf.in/notice/656728), j'ai l'impression que j'en ai surpris plus d'un·e qui m'imaginais à un poste plus conventionnel dans une S2I ou une startup[^startup].

Alors, c'est vrai, je faisais exactement ça lors de mes deux premiers emplois. J'ai fait une école d'ingé, me suis spécialisée en informatique, guettant toute bonne opportunité de finir dans un labo de recherche mais mes profs — tou·tes chercheur·ses dans le gros labo voisin — ont réussi à m'en éloigner et à me faire croire — temporairement — que je n'étais pas faite pour la recherche. J'ai décroché mon premier poste en tant que développeuse PHP puis j'ai été administratrice système et réseau dans des boîtes tout à fait classiques.

## La transition